samedi 20 février 2010

Une histoire à vous conter…

Il y à bien longtemps (6 ou 7 ans…) une jeune fille eut l’occasion de voyager. Dans les destinations qu’elle pouvait découvrir se trouvait l’Irlande, ce pays vert et moutonneux. Elle ne fut pas longue à se décider et partit donc en Irlande.

Rencontre magique.

Cette jeune fille, (moi en réalité mais vous l’aviez tous déjà compris), succomba au charme des étendues vertes, des collines, des pierres et des ruines du Black Castle de Wicklow.
Mon lieu de séjour était donc la petite ville de Wicklow, Co. Wicklow, à une heure au sud de Dublin.

Dès l’arrivée, je fus charmée par les lieux. Petite ville de bord de mer, Wicklow est toute en collines, bâtiments colorés, la lande sauvage à portée de regard, et les ruines magnifiques du Black Castle (XIIe siècle), sur une avancée de terre, permettant des points de vue magnifiques sur la ville et la Mer d’Irlande.

Deux années de suite, j’y retournai. La première fois, je fus accueillie chez un couple habitant à Wicklow même, sur les hauteurs. Le chemin pour y aller était somptueux, je pouvais contempler la mer à loisir, m’abreuver des parfums de terre et d’herbe et de fleurs sauvages… Je prenais plaisir à partir tôt, pour flâner dans les ruelles, pour parcourir ce pays que je ne connaissais pas encore. La famille dans laquelle j’étais logée était formidable. Très patients, ils me montraient mille et une choses, essayaient de me comprendre malgré mon accent de petite française, m’apprenaient beaucoup. J’avais avec moi une des animatrices du séjour, qui me fut parfois de grand secours quand je ne comprenais pas certaines choses, et nous avons passé des soirées merveilleuses autour de la table basse en acajou, partageant nos vies et nos histoires.

L’année suivante, je fus envoyée à Rathnew, à quelques kilomètres de Wicklow. Come je dépendais des horaires des transports en commun locaux, il m’était plus difficile de prendre mon temps pour rentrer. La femme qui m’accueillait était d’une rare gentillesse, et d’une grande discrétion, je mis quelque temps à comprendre que la distance qui nous séparait était tout autant dûe à notre différence d’âge (elle avait près de 65 ans) qu’à sa réserve naturelle. Au bout de quelques jours cependant, nous avions tissé une étrange complicité, et je garde d’elle un souvenir ému.

La ville elle-même me plaisait beaucoup, et rapidement, avec des compagnes de voyages, nous établîmes notre « quartier général » sur les ruines du Black Castle. Nous passions des heures entières à regarder la mer, le port, et le ciel souvent ombrageux, mais jamais menaçant.



Au cours de nos visites, on nous emmena à Glendalough (Gleann Dá Loch en gaëlique, ce qui signifie « Vallée des deux lacs »), sur le site de l’ancien monastère fondé par Saint Kevin au VIè siècle et en grande parti démoli par les troupes anglaises en 1398. Il ne reste que quelques pierres, une chapelle, et le cimetière, qui couve ses vieilles tombes comme on garde un trésor.
Le site était somptueux. Des espaces immenses, une forêt odorante, d’où se dégageaient les essences des résineux, les fleurs sauvages, et l’odeur du vent qui balayait les collines alentour.

Depuis ces deux années, je ne peux m’empêcher de repenser à ces collines, à ces lacs, à l’odeur de la mer, au soleil se levant sur l’immensité nue de la Mer d’Irlande… Je suis tombée immédiatement et irrémédiablement amoureuse de ce pays, et ne rêve que d’y retourner.
En attendant, je vous en livre un aperçu. Les photos ne sont pas toutes bonnes, loin de là, mais plutôt que de les modifier, je vous les laisses telles qu’elles ont été prises, par l’œil enthousiaste de cette jeune fille qui ne demandait qu’à découvrir, et qui a été éblouie… 


 
Bon voyage.


2 commentaires:

Laubaine a dit…

la description de ton voyage donne un peu envie d'en connaitre plus sur ce beau pays ...

Loire Photographie a dit…

Voilà qui donne envie de retourner en Irlande...